Soutien à Mehmet Tarhan
Article mis en ligne le 2 septembre 2005
dernière modification le 8 septembre 2005

par GY
Imprimer logo imprimer

Mehmet Tarhan, insoumis turc, incarcéré dans des conditions inhumaines et dégradantes depuis le 8 avril, (UP n° 427 à 429) a été à nouveau jugé le 10 août, à Sivas.

Rudi Friedrich (du dynamique groupe allemand de soutien aux déserteurs Connection) participait à la délégation internationale et a pu assister à ce procès avec une vingtaine d’antimilitaristes turcs, après un éprouvant trajet en bus (neuf heures depuis Istanbul). Le verdict de quatre ans de prison est exceptionnellement lourd, précise-t-il. La Cour de justice militaire poursuivait Mehmet pour deux chefs d’inculpations : refus d’obéissance « dans le but d’échapper au service militaire » (article 88 du Code militaire) et circonstance aggravante.

Suma Coskun, avocat de Mehmet, souligne, de son côté, que le tribunal n’a pas argumenté sa décision. L’application de cette double sentence (deux ans par accusation) implique de purger au minimum une peine de dix-neuf mois en prison militaire. Voilà la preuve que Mehmet fait peur au pouvoir turc. Comme Lecoin en France, il ouvre la possibilité historique d’une reconnaissance publique du droit au refus de tuer.

Mehmet fait appel devant la Cour suprême pour les affaires militaires. L’IRG a saisi le groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, en soulignant que le tribunal l’avait libéré le 9 juin, mais que les militaires l’avaient à nouveau incorporé à l’issue de cette audience, afin de lui faire commettre un autre refus d’obéissance. La nouvelle sentence viole l’article 18 de la Convention internationale sur les droits civils et politiques, ratifiée par la Turquie. De plus le doublement de la peine constitue une infraction flagrante à l’article 14, paragraphe 7 de ladite convention, qui stipule : « nul ne peut être jugé et condamné à nouveau pour un même délit, sur lequel il a déjà été condamné ou acquitté en conformité avec la procédure pénale. »

Pour que Mehmet garde un moral d’acier et parvienne à faire craquer ce système machiste, patriarcal, patriotique et inique, il faut que les homosexuels et tous les résistants à la guerre accentuent leurs campagnes de soutien, en lui envoyant directement des cartes postales (Mehmet Tarhan, Sivas Military Prison, 5. Piyade Egitim Tugayi, Askeri Cezaevi, Temeltepe - Sivas, Turkey.

Fax +90-346-2253915), et en protestant contre sa détention auprès du Président de la République (M. Ahmet Necdet Sezer, c/o SE l’ambassadeur de Turquie, 16, avenue de Lamballe, 75016 Paris).

Union pacifiste de France

union.pacifiste@wanadoo.fr

www.unionpacifiste.org

N’hésitez pas à consulter également le site : www.wri-irg.org/co/turkcampaign-en.htm pour avoir les dernières informations.

Actus

Dans la même rubrique

Özgürlük Mehmet !
le 20 décembre 2005 par GY
Mehmet en grève de la faim !
le 4 novembre 2005 par GY
Libérez Mehmet Tarhan
le 29 septembre 2005 par GY
Lettre à envoyer à l’ambassade de Turquie
le 7 septembre 2005 par GY


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33