Gare au gorille
logo imprimer

Le problème de la rentrée, c’est que la tête est vide ou, plutôt, pleine d’ima­ges ensoleillées, de pages de sables, de balades qui nous restent ancrées dans les yeux ; on n’a rien à mettre sous la dent de l’imprimante : que du rêve, que du paradis. Et comme les gens heureux n’ont pas d’histoires, on n’a rien à raconter. S’est-il passé quelque chose durant notre absen­ce ? Les maîtres du monde ont-ils péri en mer en secourant les naufragés ? Les colibris sont-ils venus à bout des olibrius ? La canicule a-t-elle fait fondre les ridicules animalcules qui nous enc… rassent la planète ?
En parlant de planète, voilà que les glands de ce monde, voyant à quel point leurs pollutions, leurs ablutions, leurs collusions, leurs corruptions, leurs illusions, leurs manques de solutions, ont fait de dégâts sur la Miss Terre, prévoient déjà d’aller installer leurs bases, leurs gaz, leurs casques et leurs frasques sur la Planète rouge. Youpi on y trouve de l’eau. Des larmes, oui : la planète pleure par trouille de ce qui l’attend. N’anticipons pas. La Terre est en­core bien là, avec ses militaires, ses mili­ces ternes, ses malices aux pays des vieil­les mers, ses calices et ses fleurs de lys qui refleurissent un peu partout. Et le pa­triotisme n’est pas mort qui se manifeste jus­que sur les terrains de sport où les chants de guerre retentissent chaque fois que la baballe est dans le filet. Filez droit. La jeunesse, et pas seulement, était en liesse, qu’importe qu’un certain Sentsov y laisse, lui, sa vie. « He choose to take his own life », dira-t-on, à l’instar de la crimi­nelle Thatcher, exécutant, par inertie, Bobby Sands.
Ce jeu très populaire, très simple, très bon enfant à son origine, les princes sans rire ont su le récupérer pour en faire le sym­bole du nationalisme et du capitalisme (caca pipi talisme disait notre Aguigui). Mais je m’égare, on parlait de foot, « on » est heureux, « on » a gagné, « ON » ignore les droits de l’Homme, « On » rime, entre autres, avec ballon, avec balcon, avec…
Et la grève de la faim du cinéaste ukrainien, que l’on eût pu soutenir, pour­quoi pas ? par un boycott de la baballe, est enterrée, bafouée, méprisée, oubliée sous les trépignements et les vociférations des aboyeurs de ce qu’on appelle des supporters. La grève de la faim se chias­me en fin de la grève. Au boulot ! Circu­lez ! Laissez les milliardaires de la baballe rentrer chez eux avec leurs liasses et leur coupe d’immonde ; laissez les gouvernants gouverner et rejoignez le troupeau en rêvant de futures vacances sur Mars ; en attendant la Terre tourne, même si la Lune cherche à l’éclipser de temps en temps ; la Terre avec ses monarques ma­niaques et ses valets valétudinaires, ses animaux malades de la peste brune, ses gorets, ses gorilles, ses gourous.
La Terre tourne avec ses océans : le Pacifique, l’Indien, le Lac Antique, en­tou­ré celui-ci, d’un côté du Palais du Père Ubu, de l’autre du Château du fils Imbu. Ubu et Imbu, jouant de leur mégalomanie au-dessus de l’océan, chacun avec ses abus, ses obus, ses rébus (avec et sans accent) ses barbares et ses barbouzes. Le fils Imbu, qui parle la même langue que son homologue Ubu, je veux dire la langue du fric, du mépris, de l’arrogance et de la violence, la pléonastique violence d’État, la langue des prédateurs ; le fils Imbu, à peine sorti de l’éco­le, a reçu un hochet en forme de sceptre royal, jupitérien, terrien peut-être mais patriote avant tout, et le jeune monarque n’en peut plus. On lui a donné, après le duel contre le diable, les rênes du pouvoir. Il en use, il en profite. Les para­sites, ça profite ! On lui a donné le pouvoir qui transforme un goret en gourou, la cravate n’est qu’accessoire, qui ne cache pas la crasse au-dessus du cou qu’elle enserre. Et avec ce Pouvoir, le gourou a reçu des gorilles, monsieur Muscle sans tête, sosie des robocops de l’autre côté du Lac Antique. Alors il est content, l’apprenti dictateur, il peut jouer à cémoi­lchef, et tout est permis. Il envoie son gros nounours faire la loi, à l’instar des plus discrètes barbouzes de ses prédécesseurs, mais l’actualité va tellement vite, un scandale chasse l’autre, une chasse suit l’autre, la chasse à courre qui n’avait plus cours, revient sur le devant de l’obscène, la République est en marche, en marche arrière, le despotisme de moins en moins éclairé, et les acquis sociaux de plus en plus bafoués. Contre le chômage irrémédiable, il reste l’engagement ; pour peu que le candidat ait une bonne dose de muscles, sa place est toute trouvée au sein des nouvelles milices secrètes, pour casser du manifestant, avec l’assentiment d’ex-soixante-huitards, très tards. Dansons la Tartignole vive le son ! Vive le son ! Dansons la Tartignole vive le son des marrons ! Autre époque, autre slogan. Et le monde se porte bien. La Planète rouge s’est rapprochée de la Terre pour voir de plus près ces phénomènes, ces énergu­mènes, ces bombes humaines qui s’apprêtent à l’envahir : cette future coalition rassemblant les robots et les Rambo, les gourous et les gorilles des deux côtés du Lac Antique et de leurs banlieues.
Que cela ne nous empêche pas d’avoir, le 29 de ce mois, une pensée pour notre ami Maurice Laisant, qui a déserté ce monde en 1991, quarante ans, jour pour jour, après avoir fondé l’Union des anarchistes, qui était, avec l’Union pacifiste, l’une de ses fiertés.

Yves Le Car Provisoire


Actus

Samedis de la Chanson

« Le » Cabaret libertaire a rouvert pour les Samedis de la Chanson ! (...)

Les causeries mensuelles du CIRA

La prochaine causerie aura lieu le Samedi 13 octobre à 17 heures (...)

Réédition des œuvres complètes de Gaston Couté

Les Éditions libertaires rééditent les œuvres complètes de Gaston (...)

Forum Léo Ferré

Scène chanson et restaurant de qualité

De 18h à minuit.

Le Forum Léo (...)

Dans la même rubrique

La paix
le 27 octobre 2018
par GY
Automnales
le 20 octobre 2018
par GY
Aquariussons-nous
le 17 juillet 2018
par GY
L’appel du désuet jouet
le 7 juin 2018
par GY
En mai fais sauter tes plaies
le 8 mai 2018
par GY
Févrions
le 12 mars 2018
par GY
De fil en aiguille
le 12 mars 2018
Décembre et Meuse
le 20 janvier 2018
par GY
Donald au pays du matin calme
le 1er novembre 2017
par GY
Que la lumière choie
le 26 mai 2017
par GY
La manip fourtout
le 9 décembre 2016
par GY
Salade en novembre
le 1er novembre 2016
par GY
2016  : les Univers Cités Datées
le 31 octobre 2016
par GY
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.0.96