Turquie : Stop au cycle de violence !

« Face à la violence et aux violations des droits de l’Homme en Turquie, en particulier dans les régions orientales touchées par la guerre entre le gouvernement et le PKK, les élus européens ne doivent pas continuer à choisir de regarder ailleurs. »

Article mis en ligne le 7 mai 2016

par GY
Imprimer logo imprimer

L’Internationale des résistant/e/s à la guerre lance une pétition en ligne destinée au Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères Federica Mogherini, au nom de l’Union européenne, pour l’appeler à agir contre l’actuelle escalade de la violence en Turquie.
Rejoignez notre appel à l’Union européenne ici : https://you.wemove.eu/campaigns/stop-violence-in-turkey

Contexte

En août 2015, le conflit entre le gouvernement turc et les groupes armés kurdes a repris après l’annulation en juillet du processus de paix par le Président Erdoğan. Les premiers résultats existants du processus de paix ont été détruits, et des civils en sont les victimes. L’armée turque utilise arbitrairement les chars et les armes lourdes, sans tenir compte de la sécurité des populations civiles. Des parties entières de villes ont été bombardées. Il y a eu, durant plusieurs semaines, des centaines de morts, des couvre-feux dans des villes et régions habitées majoritairement par des Kurdes et de très graves violations des droits de l’Homme ont conduit à une crise humanitaire. De plus, la Turquie bombarde aussi des régions kurdes en Syrie. Dans les semaines à venir, la situation est probablement en train d’empirer à moins de stopper la violence.
Cependant, les gouvernements européens se violent la face : ils espèrent que le gouvernement turc empêchera les réfugiés d’atteindre l’UE et ils ferment les frontières externes. De plus, ils ne veulent pas s’aliéner la Turquie comme membre de l’Otan ; ce pays reste une base essentielle dans la guerre de l’Otan conte Daesh en Syrie et en Irak. Avec cette politique, les gouvernements européens risquent une nouvelle tragédie de réfugiés.
Kati Piri, rapporteur sur la Turquie au parlement européen, a visité Diyarbakır en février 2016 et disait : « au Sud-Est de la Turquie, environ 400 000 personnes ont fui leurs maisons à cause des durs combats et des couvre-feux, qui dans certaines villes durent depuis déjà plus de deux mois. » Il veut que l’UE appelle à un cessez-le-feu immédiat et à la reprise du processus de paix entre Turcs et Kurdes.

Pétition

Monsieur Federica Mogherini, Haut représentant pour les Affaires étrangères de l’UE,
Face à la violence et aux violations des droits de l’Homme en Turquie, en particulier dans ces régions orientales de la Turquie affectées par la guerre entre le gouvernement turc et le PKK, les responsables politiques européens doivent arrêter de suivre une mauvaise voie. C’est pourquoi nous vous demandons :
• D’appeler les parties en conflit, particulièrement le gouvernement turc et le PKK à un cessez-le-feu immédiat et à la reprise des négociations de paix ;
• D’appeler le gouvernement turc à agir dans le respect des conventions internationales sur les droits de l’Homme ratifiées par son pays, en s’abstenant avant tout d’impliquer les populations civiles dans le conflit ;
• D’arrêter tout commerce des armes dans la région ;
• D’utiliser toutes les voies possibles afin de promouvoir la protection des droits humains pour tous les citoyens turcs et pour les réfugiés qui sont actuellement en Turquie, ainsi que pour la reprise des pourparlers de paix ;
• D’impliquer l’OSCE et d’envoyer des observateurs en mission dans ce pays.

Signer la pétition ici.

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33