Europe Démocratie Espéranto : il faut célébrer le centenaire du 11 novembre 1915 !
Article mis en ligne le 6 novembre 2015

par GY
Imprimer logo imprimer

Pourquoi célébrer le centenaire du 11 novembre 1915, alors que l’arrêt des combats de la Grande Guerre n’a eu lieu que trois ans plus tard ?
C’est anachronique, comme si Jules César fêtait Noël, comme si Louis
XIX organisait un feu d’artifice pour le 14 juillet !

Et pourtant l’automne de l’année 1915 n’était pas comme les autres pour ce
qui est de la Première Guerre mondiale.
D’une part, 1915 a été l’année la plus meurtrière pour l’armée française,
aussi bien en nombre de morts au combat qu’en nombre de fusillés par la justice
militaire.
D’autre part de nombreuses personnes ne se résolvaient pas à laisser faire
le massacre de la guerre. Parmi elles, Ludwik Zamenhof, initiateur de la langue
internationale Espéranto, qui a réussi à faire publier en même temps, dans des
journaux des deux camps adverses ainsi qu’en Suisse, un "Appel aux diplomates"
qui mériterait d’être mieux connu.
Cet "Appel aux diplomates" indique les conditions nécessaires pour une
vraie paix, une paix durable en Europe : les traités de Versailles et Trianon
qui ont mis fin à la Première Guerre mondiale n’ont pas respecté ces conditions,
et ont ouvert la voie à la Seconde Guerre mondiale, vingt ans après.

Le fichier pdf ci-joint donne davantage de détails, de chiffres et de
graphiques.
Oui, si le "Onze novembre" est une journée en mémoire des morts des
diverses guerres, il faut célébrer le centenaire du 11 novembre 1915.

Pierre Dieumegard,
président de Europe-Démocratie-Espéranto (France)

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • dossier_centenaire_11novembre1915.pdf
  • 698.4 ko / PDF

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33