Le Fusil brisé publie son numéro 102 (mai-juin 2015)
Article mis en ligne le 20 juillet 2015

par la webmestre
Imprimer logo imprimer

Le Fusil brisé publie son numéro 102 (mai-juin 2015) avec cet édito, signé Hannah Brock :

Militarisme étatique : la militarisation au-delà des forces armées.

Hannah Brock
Au siège de l’Internationale des résistant.e.s à la guerre, nous recevons tous les jours via les médias des informations du monde entier relatives aux objecteurs et objectrices de conscience, aux enfants soldats, aux militant.e.s pacifistes et aux actions directes nonviolentes. Un jour, nous avons reçu une information sur le déploiement de la police militaire royale (les bérets rouges) à Birmingham, seconde ville du Royaume Uni, pour assurer la sécurité des client.e.s des discothèques du centre ville. Cela consiste en l’arrestation de militaires en virée nocturne et en l’interpellation de civil.e.s considéré.e.s par l’armée comme contrevenant à la loi.
L’article, diffusé par la police du comté des West Midlands se termine ainsi : « Ils ajoutent de la diversité dans le coin et nos populations adorent voir nos soldats. Tout comme dans la chanson Toutes les jolies filles aiment un marin. Ici, c’est plutôt Toutes les jolies filles aiment un béret rouge ». Nous nous sommes demandé.e.s si une action consistant à arrêter ces bérets rouges qui arrêtent des civils ne constituerait pas une soirée amusante.
Suite sur http://www.wri-irg.org/node/24593

Etre un Objecteur de Conscience n’est pas un crime

Internationale des Résistants à la Guerre, Amnesty International, Connection e.V., et Monde Sans Guerre organisent cette pétition au Ministre de la Défense Nationale de la Corée du Sud, le Général Han Mon-Koo, demandant à son gouvernement - de libérer sans délais et sans conditions tous les objecteurs de conscience ; - de reconnaitre le droit à l’objection de conscience comme étant un droit de l’homme qui fait partie intégrante du droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; -de prendre les dispositions appropriées pour permettre l’objection de conscience au service militaire ; et d ‘effacer les mentions aux casiers judiciaires et octroyer une compensation aux objecteurs de conscience qui ont été emprisonnés pour avoir refusé le service militaire dans le passé.

Voir : http://www.wri-irg.org/node/24630
Et bien d’autres informations essentielles sur le site de l’IRG http://www.wri-irg.org/

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33