Des réactions
Article mis en ligne le 13 janvier 2015

par GY
Imprimer logo imprimer

Journée noire ce mercredi 7 janvier 2015.
Personnellement, j’ai rencontré 2 fois Cabu.
La première, je crois que c’était en 1976, au cours d’une marche Paris-Taverny contre l’armée et la bombe atomique. Je marchais à côté de lui et, par naïveté, je n’avais rien prévu pour manger (je ne rendais pas compte du nombre de kilomètres à parcourir). Voyant mon désarroi de trouver un endroit pour manger, Cabu m’a invité chez lui avec une autre personne à déjeuner avec sa famille. Moment inoubliable alors que je le connaissais à peine.
La deuxième fois, ce fut au cours de notre marche internationale Bruxelles-Varsovie en 1978 intitulée Caravane du désarmement, avec Rémy Thomas, nous avons passé un après-midi joyeux devant le siège de l’OTAN.
Amitiés pacifistes et antimilitaristes (comme l’était Cabu).
Maurice Balmet.

C’est un massacre grave contre l’humour, l’anti-racisme et le pacifisme... Nous paraissons désarmés mais nous pouvons garder notre confiance contre les barbares car nos armes sont celles de l’esprit que personne ne pourra nous enlever. Lorsqu’on constate la réaction populaire extraordinaire en France et dans de nombreux pays étrangers, on peut se dire que tout n’est pas perdu. Nous sommes tous des Charlie et nous ne sommes pas morts ! Gardons l’espoir les amis !
Michel Valette

A toute l’équipe de l’Union Pacifiste
Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi : je suis Nicole Chapnik-Perez, de l’imprimerie Les Éditions Polyglottes et j’ai participé pendant de longues années à la réalisation de votre mensuel. Aujourd’hui, après l’attaque sanglante à Charlie Hebdo, je suis à la fois triste, dégoûtée, en colère... et les mots sont faibles... Des dessinateurs de presse talentueux, amoureux de la liberté d’expression sont tombés. Ils savaient mettre toutes leurs capacités graphiques au service des idées pour les transmettre au grand public. Comme on dit : un dessin vaut mieux qu’un long discours. Je me souviens avec nostalgie de la plume aiguisée de Cabu qui illustrait votre journal.
Pouvez-vous transmettre à la famille de Cabu mon message de sympathie auquel se joint aussi ma mère, Mme Chapnik.
Nicole

Actus

Dans la même rubrique



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33