Charlie hebdo : c’est la famille des libres penseurs
Article mis en ligne le 8 janvier 2015
dernière modification le 13 janvier 2015

par GY
Imprimer logo imprimer

Charlie hebdo : c’est la famille des libres penseurs qui est visée avant tout, et non la France ou la République !

Comment dire, parler, écrire quand la douleur vous déchire et vous inonde ! Jeter quelques pensées en vrac, de celles qui remontent de la mémoire d’un coup à l’annonce de la mort des êtres chers, à plus d’un titre, amis de cœur, amis d’esprit. C’est sur ma famille que l’on a tiré mercredi 7 janvier. Celle qui s’obstine à ne pas se taire face à la bêtise, l’obscurantisme, le fanatisme, en usant des plus belles manières : l’humour, la caricature, l’intelligence, la sensibilité. Celle qui ne pose pas de bombe, ne prend pas les armes mais appelle à l’insurrection des consciences, au rire, à la joie de vivre " à en mourir " ! Ce qu’il faut être lâche et faible pour tirer sur des hommes et des femmes réunis pour concevoir un journal. Mais pas n’importe quel journal, un des plus beaux fleurons de la presse libre, de ces très rares journaux dont ne sont pas propriétaires des marchands d’armes ou des banquiers. Un journal éminemment antimilitariste et par essence libertaire. Ce n’est pas la France qui était visée mais la liberté de la presse et à travers elle, la liberté d’opinion, le droit à penser différemment.
Et pas n’importe quelle presse ! Qu’importe que les assassins soient des islamistes, Charlie hebdo n’est pas détesté que par les extrémistes enturbannés (l’extrême droite aurait tout aussi bien pu être à l’origine de ce genre d’attaque), ils sont un pur produit du militarisme et d’un monde en guerre. Car, quelque soit leur drapeau ou leur profession de foi, il s’agissait bien de soldats d’une armée quelconque, au regard de leur entraînement et de leur "professionnalisme". Tous se valent, tous se renforcent et se justifient les uns les autres par la violence qu’ils revendiquent et qu’ils génèrent ; parce qu’ils ont les mêmes intérêts et les mêmes ennemis : pacifistes, libres penseurs, non-violents... Ils veulent un monde en guerre, en affrontement constant, parce qu’ils en tirent leurs profits sous quelque forme que ce soit. Et ceux qui fabriquent des armes et les vendent (comme la France, tiens justement) le savent très bien. Qu’on alimente mais qu’on ne contrôle pas le cercle infernal de la violence et que tôt ou tard, des innocents le payent de leurs vies. Jamais les marchands d’armes !.
Il n’y a pas d’union sacrée parce que Charb, Cabu, Bernard Marris, Wolinski, Tignous et tous les autres ne représentaient pas la Nation, la France ou tout autre amalgame patriotico-politicard. Ils étaient l’expression d’eux-mêmes, de leurs valeurs, de leurs doutes, leurs espoirs, leurs révoltes, et avant tout, de leur conscience. Ils échappent aux politiciens vendeurs d’armes et largueurs de bombes ; ils échappent à la presse des faits divers et des discours entendus ; ils échappent à tous ce dans quoi on voudrait les enfermer, les récupérer. Ils ont partagé avec nous leurs mots, leurs dessins ; ils nous ont fait rire quand tout nous donnait envie de pleurer et quoi de mieux pour sécher nos larmes que de nous replonger dans leurs œuvres. Charb, adorable petit con, voilà que je pleure et ris en même temps de ta dernière caricature et de ta Fatwa de la semaine.
Quels que soient les commanditaires de ce crime, quel qu’ait été leur objectif, ils sont affligeants de stupidité et ont échoué d’avance ! Personne ne peut faire taire la voix de la liberté en tuant des journalistes et des dessinateurs ! Le silence imposé à nos amis de Charlie est assourdissant et n’a pas fini de se faire entendre. Charlie va continuer de paraître, c’est cela qui compte. Et nous allons être très nombreux à l’y aider.
A chacun d’entre nous de rester vigilants car les jours à venir risque de continuer d’être assombris d’éclats de haine. Déjà, on parle de "11 septembre" de la France ; déjà, on utilise des termes guerriers : "héros", "continuez de combattre" et de comparer stylos et crayons à des "armes". Nos amis de Charlie n’étaient ni des guerriers, ni des soldats mais, au contraire, de farouches antimilitaristes à l’humour désarmant. Quand au 11 septembre, n’oublions pas qu’il a été le prétexte à la banalisation de la torture par de vieilles démocraties, la montée de l’islamophobie et au déclenchement de nombreuses guerres qui n’ont fait que renforcer partout la montée de tous les extrémismes et la haine de l’Occident dans les pays musulmans.
Veillons donc à ce que la mort de nos compagnons ne serve pas des idées ou des décisions qu’ils auraient dénoncé, le crayon en bandoulière et le rire au coin de la bouche.
Salut Charb, salut Cabu, salut oncle Bernard, salut Wolinski, salut Tignous, salut et fraternité !

Pascal Dereudre

Actus

Dans la même rubrique

L’Union pacifiste est en deuil
le 14 janvier 2015 par GY
Cher Charlie,
le 13 janvier 2015 par GY
PRO-FÊTE
le 13 janvier 2015 par GY
Comme un seul homme on s’est levé
le 13 janvier 2015 par GY
# Vos gueules
le 13 janvier 2015 par GY
Lettre ouverte à France Inter, Radio France - et toutes les radios
le 13 janvier 2015 par GY
J’attendais Cabu
le 13 janvier 2015 par GY
Des réactions
le 13 janvier 2015 par GY
BÊTE ET MÉCHANT
le 13 janvier 2015 par GY
Message d’un ami parti faire le tour du monde
le 8 janvier 2015 par GY


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33