Les motions
Article mis en ligne le 20 octobre 2013
dernière modification le 9 novembre 2015

par la rédaction
Imprimer logo imprimer

Voici les trois motions issues du Congrès tenu en Avignon les 12 et 13 octobre 2013 :

MOTION GÉNÉRALE

Réunie en congrès, à Avignon, les 12 et 13 octobre 2013, l’Union pacifiste, section française de l’Internationale des résistants à la guerre (IRG), constate que :

- les présidents de la Ve République, chefs suprêmes des armées françaises, déclenchent tous azimuts des interventions militaires (Afghanistan, Libye, Mali, etc.) provoquant morts, pauvretés et exodes. Actuellement, les expulsions continuent dans la patrie des droits de l’homme, au mépris du droit d’asile.

- le gouvernement détourne les ressources publiques avec le livre blanc de la Défense qui privilégie l’armée et le meurtre légalisé au lieu de lutter contre les causes réelles du chômage, de la misère et de la délinquance. Les profiteurs de guerre pillent les finances publiques sans crainte de poursuites judiciaires, alors que la reconversion des armes et des armées permettrait de distribuer durablement les vraies richesses collectives.

- la prolifération des dangers du nucléaire civil sert à masquer celle du nucléaire militaire : l’Union pacifiste s’oppose à l’un comme à l’autre.

- cette année encore, la supercherie de l’attribution du prix Nobel de la paix prouve le détournement de sa finalité pacifiste et de défense des êtres humains.

- l’Otan porte la guerre impunément dans des pays qualifiés de « terroristes ». Elle importe des conflits avec ses bombardements médiatisés. Il est temps d’obtenir sa dissolution.

Alors qu’approche le centenaire de la Première guerre mondiale, l’IRG se réunit en juillet 2014, au Cap (Afrique du Sud) pour honorer les victimes africaines de ce conflit et de tous ceux fabriqués depuis 1914 par les puissances colonialistes, afin de développer la résistance non violente dans ce continent.

L’Union pacifiste de France réaffirme que le désarmement unilatéral (abolition des armes et des armées) reste la seule issue afin de sortir du terrorisme d’État.

************************************************************************************************

Motion Objection

Réunie en congrès à Avignon, les 12 et 13 octobre 2013, l’Union pacifiste, section française de l’Internationale des résistants à la guerre (IRG) :

- affirme son soutien aux réfractaires à l’armée dans le monde notamment aux objecteurs de conscience grecs, harcelés par leur gouvernement au mépris des résolutions du Parlement européen.

- manifeste sa solidarité aux insoumis de Turquie et de Chypre-Nord actuellement poursuivis et soumis à des juges militaires. Elle demande le respect des directives juridiques du Conseil de l’Europe à leur égard.

- dénonce la répression dont sont victimes, en Russie, les associations qui défendent les droits de l’homme.

Enfin, l’Union pacifiste exprime son indignation devant la détention abusive des militants de Greenpeace, à Mourmansk (Russie).

***********************************************************************************************

Motion Éducation

Réunie en congrès à Avignon, les 12 et 13 octobre 2013, l’Union pacifiste, section française de l’Internationale des résistants à la guerre (IRG), est interpellée par la récente réforme scolaire, visant notamment à réintroduire une morale laïque.

En tant que pacifistes, nous sommes conscients de l’importance de l’éducation dans la construction d’une société plus juste et pacifique.

À l’heure où l’on constaterait plutôt une progression des violences au sein de la société,
- où la tolérance dans le pays des droits de l’Homme et des Lumières n’est pas respectée,
- où certaines communautés sont mises à l’écart en raison de leur différence,

a-t’on le droit de parler d’une morale laïque si elle ne commence pas par le respect dû à l’enfant, quel qu’il soit, le respect de son droit à bénéficier d’un enseignement, d’un apprentissage de l’esprit critique, d’une socialisation ?

Nous constatons que cette réforme ne remet pas en question les protocoles d’accord armée/école, mis en place le 23 septembre 1982 par Charles Hernu et Alain Savary, respectivement ministres de la défense et de l’éducation, soutenus ensuite par Jean-Pierre Chevènement, Lionel Jospin et leurs successeurs.
Même constat pour les protocoles concernant la formation des maîtres et de l’enseignement supérieur.
Nous soutenons les enseignants qui protestent lors d’une formation militarisée.
Devons-nous en déduire qu’ils restent d’actualité, probablement approuvés par les ministres concernés aujourd’hui ? La notion de laïcité est incompatible avec l’esprit de défense.

L’Union pacifiste de France prône au contraire une école du respect de l’autre, dans l’apprentissage du dialogue, de l’échange, seuls antidotes à la violence. Une proposition de loi pour le désarmement unilatéral de la France a été déposée le 22 avril 1993 par des sénateurs socialistes, nous suggérons d’en faire usage, notamment au sein des écoles permettant ainsi une véritable éducation à la Paix.

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33