Comment se servir de ce manuel

L’INTERNATIONALE des résistantes et résistants à la guerre (IRG) a produit ce manuel en tirant les leçons des expériences des groupes de militants de plusieurs pays et de différentes générations. Au cœur de chaque campagne non-violente se manifestent (...)


À l’insu de la majorité des opinions européennes — en raison du boycott par leurs médias officiels — un grand pas vers la paix et la survie de la planète a été accompli le 7 juillet 2017 à New York. Ce jour-là, au Palais des Nations-Unies, les délégations de 122 pays (sur 123 présentes et sur 193 pays-membres) se sont mises d’accord, dans une ambiance de liesse extraordinaire, sur un texte où, se disant "profondément préoccupés par les conséquences catastrophiques qu’aurait tout recours aux armes nucléaires", ils visent carrément l’élimination complète de ce type d’armes. Un peu à la manière des traités précédents d’interdiction des armes chimiques et biologiques.

Ce texte - dont chaque mot, chaque virgule ont été âprement discutés au cours de longues séances quotidiennes ayant commencé, à New York, dès le 27 mars, sera soumis pour signature aux pays membres des Nations-Unies le 19 septembre prochain. Par la suite, il faudra atteindre au moins cinquante (...)


Les accords entre l’armée et l’école des années 1980 ont laissé des traces dans la mentalité des inspecteurs d’académie. Toujours aux ordres, ils peuvent se permettre - si les pacifistes n’interviennent pas - de maintenir la pression dans nos jeunes têtes blondes (brunes, rousses, etc.). Nous ne pouvons que nous associer à la protestation exprimée par les syndicats d’enseignants

Sujet scandaleux d’Enseignement moral et civique au brevet des collèges : des questions sur un texte évoquant le rôle de l’armée française. Le pompon est la dernière question (les candidats concernés sont des enfants de 15-16 ans !) :

« Vous avez été choisi(e) pour représenter la (...)


Hiroshima

Les gouvernements de tous les pays détruisent les archives qui contredisent leurs discours officiels : bombarder apporte la fin de la guerre, disent-ils. Cependant, les scènes de ruines et les monceaux de cadavres prouvent amplement le contraire.

Le matin du 6 août 1945, à 8 h 16, (...)


Marselle

La prochaine causerie aura lieu le samedi 9 septembre à 17 heures Un autre futur pour le Kurdistan ? : Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique par Pierre Bance

Dans la presse, chez les militants de gauche ou les politologues, on parle beaucoup des exploits des combattants et (...)


Dans le Cher :

En Ardèche : Mots en Liberté

À Saint-Nazaire

À Limoges

À Paris


Le sommet de l’Otan et l’inauguration de son siège ont eu lieu les 25 et 26 mai à Bruxelles. Outre les autres chefs d’État, c’était la première visite de Donald Trump en Europe. Des manifestations lui ont très clairement montré qu’il n’était pas le bienvenu.

Près de douze mille personnes ont marché dans Bruxelles le 24 mai pour manifester leur opposition à l’Otan et surtout affirmer à Donald Trump que la présence d’un tel va-t-en guerre n’était pas souhaitée en Europe. Le collectif français « Non a l’Otan, non à la guerre » (...)


Plus tard peut-être, quand les hommes vivront d’amour , et d’eau fraîche, plutôt que d’armure et de prêche ; quand les frontières ne seront plus qu’un détail oublié de l’histoire de l’humanité ; quand la misère ne poussera plus que dans nos parcs et nos (...)


Les patrouilles de soldats arpentent les centres-villes. Les affiches vantent la carrière militaire sur tous les panneaux publicitaires. Les reportages célèbrent les armes françaises, du Mali en Centrafrique et d’Irak en Syrie. Cette omniprésence de l’institution militaire ne suscite guère de débats. L’antimilitarisme, vieille tradition de la gauche française, a sombré avec la fin de la conscription, décidée par Jacques Chirac il y a tout juste vingt ans.
Chaque 14-Juillet, le ministère de la Défense rend publics les résultats d’un sondage sur l’image des forces armées : 87 % des Français en avaient en 2016 une bonne opinion (sept points de plus que l’année précédente), ce qui en fait l’institution publique la plus populaire derrière les hôpitaux. Pourtant, que sait-on réellement de l’armée, des tensions qui la traversent, de ses contradictions ? Trois livres récents nous éclairent sur la vie interne de la fameuse grande muette, qui s’est avérée fort bavarde devant les chercheurs.

LE PRESTIGE actuel de l’armée vient en partie du fait qu’elle affirme donner sa chance à chacun. Les campagnes de recrutement jouent habilement sur ce point. Si plus grand monde ne croit en l’égalité scolaire, l’armée reste perçue comme un bastion de l’idéal de (...)


Depuis quelques années et, surtout, après les attentats terroristes de 2015, des femmes et des hommes politiques de tous bords proposent de rétablir la conscription afin que les jeunes des deux sexes retournent dans les casernes. Au-delà des clivages politiques habituels, chacun fait sa proposition avec quelques différences sur la durée ou sur les missions. Certains proposent « une véritable garde nationale par le rétablissement de la conscription » (Christophe Cambadélis). Nicolas Sarkozy souhaitait un service militaire adapté pour les 100 000 jeunes qui sortent chaque année du système éducatif sans diplôme. Un candidat voudrait un service national obligatoire de 30 jours pour tous les jeunes, afin que « chaque Français puisse aller à la rencontre de ses concitoyens et faire l’expérience de la mixité sociale et de la cohésion républicaine durant un mois ». D’autres sont favorables à un service militaire ou civique obligatoire. Beaucoup voient dans le service militaire « un moment important de cohésion pour la jeunesse ».
Qu’était vraiment le service militaire et à quoi servait-il vraiment ?

TOUT commence avec la révolution française en 1789 où les soldats de profession de l’Ancien Régime se transforment en service militaire obligatoire pour les hommes de 18 à 25 ans. En 1798, la Loi Jourdan crée le service militaire obligatoire et universel, avec les classes, le livret (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | Tout afficher












Ce qu’est l’Union pacifiste

L’Union Pacifiste de France est née en 1961 dans la lignée de mouvements plus anciens.

- Indépendante de tout groupe politique ou religieux, elle accueille tous ceux qui se reconnaissent dans le pacifisme intégral, le refus de toute armée et de toute guerre.

- Devant l’inefficacité des conférences internationales, l’U.P.F. préconise un désarmement unilatéral, total et immédiat, idée développée en France par Louis Lecoin, et relancée avec la proposition de loi n°271 du 23/04/93.

- Elle lutte contre tout militarisme, les ventes d’armes, les accords armée-école, les ordonnances de 59, les essais nucléaires... Elle soutient les réfractaires à l’armée : objecteurs, insoumis, déserteurs.

- Section française de l’International des Résistants à la Guerre, l’Union Pacifiste est en contact permanent avec les pacifistes de nombreux pays.

- Elle édite, par ses propres moyens, un mensuel, " Union Pacifiste " disponible par abonnement ou auprès des groupes locaux.

union.pacifiste@orange.fr

- Union Pacifiste de France

- B.P. 40 196

- 75624 Paris Cedex 13



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33